Accès rapide
Edit Template
Partagez

Quand les Archivistes de l’Eurométropole de Strasbourg rencontrent les 6èmes Goethe

Les élèves de 6è3 mènent depuis la rentrée de novembre une enquête sur un document d’archives particulièrement intéressant qui leur a été remis.

Anna Matau, élève de 6è Goethe et membre du club journal raconte la rencontre avec les archivistes de l’Eurométropole de Strasbourg :  

« Lundi 28 novembre, nous avons accueilli deux archivistes qui travaillent aux archives de l’Eurométropole de Strasbourg dans notre classe, Monsieur Benoît Jordan, directeur, et Madame Marie Beil, archiviste et responsable du service éducatif des archives.

Le but de leur visite était de nous présenter leur métier et de répondre à nos questions, portant sur un document du XVIIIème siècle qui se trouve en Bavière (Bayerisches Hauptstaatsarchiv). Nous avons appris qu’il s’agissait de l’inventaire d’un cabinet de curiosités qui appartenait à la famille des Ribeaupierre (die Herren von Rappolstein).

Les Ribeaupierre était les ducs de Ribeauvillé. Un héritier par mariage, Christian IV de Deux-Ponts (1722-1775) possédait ce cabinet de curiosités. A l’époque, c’était signe de puissance et de richesse. Et les Ribeaupierre étaient riches ! Ils possédaient des mines d’argent, avaient participé à des croisades, se rendaient régulièrement à Versailles…

Maintenant, me demanderez-vous, pourquoi l’inventaire se trouvait à Munich ? Petite leçon d’histoire :

A la Révolution française, les biens des nobles ont été confisqués. Maisons, meubles, mais aussi documents ! Tellement de papiers ! Où stocker tout cela ? C’est là que sont apparues les archives. Gratuites d’entrée, elles permettaient au plus grand nombre de consulter des documents importants.

Un jour, un descendant des Ribeaupierre, qui était devenu roi de Bavière, demanda à voir l’inventaire de leur cabinet de curiosités. Et le document sortit des archives pour faire un voyage (pas touristique, malheureusement) en Bavière. Et là-bas, une fois lu, il resta dans la région ! Voilà pourquoi, ce petit document illisible (pour nous), se retrouve en Allemagne.

Nous avons également écrit au service des Archives de Munich et nous avons eu une très intéressante réponse qui explique encore une fois le contenu de ce document.

D’autres personnes nous ont aidés à comprendre le document, à savoir nos professeurs d’histoire-géographie, de latin, de SVT.

Actuellement, nous continuons nos recherches et travaux sur les cabinets de curiosités. Nous allons d’ailleurs reconstituer celui des Ribeaupierre et … créer le nôtre pour présenter ce qui nous émerveille encore aujourd’hui ! Affaire à suivre …

Anna Matau, élève de 6è3 et membre du club journal

Les articles récents

Retour en haut